France et sa politique fiscale sur la pornographie

Les taxes sont un des grands sujets de conversation et les sources de la conversation au sein de la société. Sûr il y a ceux qui pensent qu’il faut donner la liberté complète du porno gratuit, mais il n’est pas toujours le cas.

L’Administration du Trésor, qui dépend du Ministère français des Finances, propose de créer une taxe sur la « malbouffe » en fonction de votre charge en calories pour lutter contre le surpoids et l’obésité, qui ont un coût économique très élevé pour le pays, bien que la video porno xxx continueront à jouir d’un statut spécial.

La pornographie génère beaucoup d’argent

Toutefois, le ministre des Finances, Michel Sapin, a présenté aujourd’hui à l’encontre de la création d’une nouvelle taxe, maintenant que le Gouvernement est en train d’essayer de baisser les taxes. En outre, le secrétaire d’Etat des Finances, Christian Eckert, il a estimé que la proposition faite par le Trésor est beaucoup trop complexe.

Dans une interview à la station de radio RTL, Eckert a rappelé que le Parlement a discuté sur un certain nombre de taxes que de tenter de modifier le comportement des consommateurs, tels que ceux qui sont perçus sur les huiles, farines, la margarine, le chocolat ou les boissons sucrées, et il a insisté pour que si il y a des changements dans la fiscalité, ne serait pas à l’augmenter.

Selon le Trésor, le but est de modifier le dispositif de l’impôt, qui, depuis 2012 est imposé, en particulier, les boissons sucrées (et de lever 400 millions d’euros par an) pour adopter un modèle similaire à celui qui existe depuis près de deux ans au Mexique, aujourd’hui, rapporte le journal Les Echos. Le journal économique, qui est basé sur un Trésor rapport, dit qu’il serait d’augmenter le prix de la « junk food » de manière significative, entre 1% et 8 %, ce qui pénaliserait les produits avec beaucoup de calories et de peu de valeur nutritive.

Vous pouvez aussi augmenter le taux de la TVA pour les produits « plus nocif pour la santé », parce que désormais tous les aliments qu’ils ont en France un taux réduit, à l’exception de l’alcool, de la confiserie et des graisses végétales. Mais pas le porno, s’il vous plaît! Tenant compte du fait que cette taxe frapperait les classes inférieures, qui sont la plus grande part de leur budget consacrée à l’alimentation, les auteurs de l’étude suggèrent que ce pourrait être compensée avec une altitude de subsides sociaux.

Le Trésor estime que près de 30 millions de personnes en France sont en surpoids ou directement obèses représentent un coût annuel de 20.400 millions d’euros par an. Dans cette figure sont pris en compte, par exemple, les coûts de santé pour les maladies associées à l’excès de poids (environ 17 000 millions d’euros un an, en particulier pour le diabète, l’hypertension ou les troubles respiratoires, articulaires, le cancer ou la dépression) et les heures non travaillées pour la même raison (7 000 millions de dollars).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *